Ministère de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement

Sceau de Republique Gabonaise

Vie chère : La mise en garde du gouvernement

Logo

Les opérateurs économiques du circuit de la distribution, l’administration, l’autorité portuaire et les syndicats des consommateurs, ont reçu ce 26 avril à Libreville, les clarifications fermes du gouvernement en vue de stopper la hausse des prix.

Le ministre délégué à l’Economie a sévèrement rabroué les opérateurs de la chaine de distribution exerçant au Gabon, coupables, pour nombre d’entre eux, de la hausse des prix constatée sur le terrain. Noël Mboumba a vivement dénoncé le choix délibéré de ces derniers de s’octroyer des marges rendant les produits de consommation beaucoup plus chers pour le consommateur final.

Au cours d’une réunion de clarification, convoquée ce 26 avril à Libreville, le ministre délégué à l’Economie a traduit la fermeté du gouvernement. Celle-ci consistait à «faire intervenir l’autorité de l’Etat en cas de non-respect des mesures du Conseil des ministres du 2 juin 2016». Neuf catégories de produits alimentaires avaient été défiscalisées à cet effet, dont 166 produits de premières nécessités.

Si le membre du gouvernement et ses collaborateurs de l’administration ont jugé excessif le vocable «flambée des prix» pour qualifier le phénomène actuel, ils ont cependant admis que l’inflation est bien réelle. Une hausse qui rend inopérantes les mesures du 2 juin 2016. Car, la taxe sur la Contribution spéciale de solidarité (CSS) ne s’appliquant pas aux produits de première nécessité, ne devrait pas «constituer un prétexte pour accroitre indûment les marges bénéficiaires», a estimé Noël Mboumba.

Ainsi, a prévenu le ministre délégué : «Le gouvernement entend bien faire en sorte que les consommateurs sentent de manière concrète, la baisse des prix tant espérée, aussi bien sur les produits importés que les produits locaux. C’est pour cela que la flambée des prix actuellement observé sur les marchés ne se justifie pas et doit amener les opérateurs économiques, particulièrement les opérateurs portuaires, qui se situent en amont du processus d’établissement des prix, à bien vouloir revoir leurs pratiques».

Par ailleurs, le membre du gouvernement a révélé que des brigades mixtes et les comités provinciaux des prix réactivés, «sont sur le pied de guerre pour s’assurer du suivi des mesures du 2 juin 2016». De fait, Noël Mboumba, a exhorté l’ensemble des parties impliquées à coopérer, notamment en disposant les informations de l’entreprise aux agents enquêteurs. «Des arrêtés actuellement en élaboration par la ministre des Transports en vue d’une mercuriale des prix seront prêts la semaine prochaine», a-t-il annoncé.


Publié le : 08 / 05 / 2017

Autres Informations-

Connexion Visiteur en ligneConnexion